mercredi, 20 mars, 2019
Le Cœur de TasmanieVoyages

“Le Cœur de Tasmanie” : Chapitre 1 – David contre Goliath

Tasmanie
213views

« Your visa… », « Two months… », « Leave… ». C’est ce que mon regard confus aperçut entre les lignes. Le cœur soulevé, les yeux vitreux, les mains moites, les jambes frissonnantes, je sentis la lettre de papier m’échapper. Telle une brique lourde et râpeuse, elle tomba sur le sol.

Lorsque sonna tout un manteau de voix :

« What’s wrong, bro’? Hey! What’s going on?! Are you O.K.? ».

À ce chœur qui rassemblait tous les accents du monde s’ajouta une rafale de poignes inquiètes agrippant mes épaules.

En effet, que se passait-il ? Je vivais en Australie depuis plus de deux ans. Mon nouveau visa devait être accepté. Devenir résident ne semblait que formalité. J’avais déjà organisé mes prochaines étapes de vie sur l’île-continent. Et pourtant, le bureau de l’immigration australienne me sommait de quitter le territoire avant le 1er février. Quel jour étions nous ? Le 15 décembre, peut-être le 16. Je ne sais plus. Que s’était-il vraiment passé ?

Je secouai la tête afin de rassembler mes pensées. Enfin, mon choix était simple.

Je pouvais financer un avocat et me battre sur le terrain de la loi, voir mon temps et mes économies s’épuiser dans le cycle infernal des procédures et de l’administration. En réalité, je m’imaginais déjà seul, en « David », contre cet arsenal de professionnels de l’immigration, ces « Goliath ». Je n’avais aucune chance !

Je pouvais tout aussi achever mon périple australien par une dernière exploration qui me tenait à cœur. En effet, deux mois sembleraient suffisants pour m’imprégner de ce lieu exceptionnel qui avait bercé mon enfance : la Tasmanie. Je ne saurais l’expliquer, cette île, de la taille de la région Auvergne-Rhône-Alpes, m’avait séduit au-delà de tout.

Devant son nom, ses paysages et ses histoires, je me sentais comme le marin envoûté par le chant de la sirène. Depuis la France, elle semblait hors d’atteinte, discrète, mystérieuse. Sa grande sœur, l’île-continent, avait de quoi l’envier ! Le sixième État du Commonwealth d’Australie n’était qu’à un stade prématuré du tourisme. Et pendant que la « Grande Barrière de corail », la « Montagne Rouge » ou les « Douze Apôtres » se laissaient lentement apprivoiser par les nouveaux explorateurs du XXIe siècle, le « Coeur de Tasmanie », lui, demeurait sur son trône sauvage. Depuis Melbourne, ville où je logeais en ce jour, je ne me situais plus qu’à une heure de vol de ses terres. Si près du but !

En un éclair, je ramassai la lettre, la pliai avec soin et l’abritai dans mon portefeuille ; et animé d’un sourire, répondis à la foule d’yeux qui me scrutait :

« Tout va bien ! Je pars demain pour la Tasmanie ! »

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.