mardi, 23 juillet, 2019
BusinessLifestyleSociété

Soyez introverti ET extraverti !

Introverti et extraverti
228views

Aujourd’hui, les sociétés occidentales, dont la France, ont pris la mauvaise habitude d’étiqueter la personnalité d’un individu selon deux catégories souvent pensées comme indissociables. Vous êtes alors “introverti(e)” ou “extraverti(e)”.

De plus, l’ère de l’internet, de la super-communication, du marketing et des réseaux sociaux pousse à entretenir une “image de soi” portée sur les vertus de l’extraversion. Mais la personnalité humaine est beaucoup plus complexe qu’une simple bataille entre le camp des introvertis et des extravertis.

Rappelons qu’à l’origine les termes d'”introversion” et d'”extraversion” ont été revendiqué par le psychologue suisse Carl Gustav Jung à partir des “Types Psychologiques“, ouvrage publié en 1921 qui distingue deux types d’attitudes observables majeurs chez l’individu : l’un basé sur l’intérêt pour les objets externes (autrui, le monde extérieur), l’autre centré sur son propre univers intérieur (subjectivité).

 

Qu’est-ce qu’être introverti ?

Introverti et extraverti

Lorsque le mot “introverti” sonne à nos oreilles, toute une série de mots ne peut s’empêcher de faire écho dans notre tête :  “repli sur soi”, “timidité”, “mollesse”. Or, le repli sur soi engendre l’isolement, c’est s’emmurer pour se protéger d’un “danger” social. Pour ce qui est de la timidité, nombreux sont ceux qui la caractérisent comme un manque d’audace, de vigueur, d’assurance, d’aisance dans le monde : une connotation particulièrement péjorative, mais ceci est un autre sujet.

En réalité, l’introversion n’a à voir ni avec le repli sur soi, ni avec la timidité. Être introverti c’est se recentrer sur soi, c’est faire une pause dans un monde social et interactif. Ce n’est non pas s’isoler et se détourner du monde extérieur, mais se ressourcer pour y retourner avec plus de sérénité, de clarté d’esprit et d’authenticité.  Par exemple, la méditation est une pratique de l’introverti, quand la communication est à une pratique de l’extraverti.

Être introverti, c’est “se tourner vers l’intérieur”.

 

Qu’est-ce qu’être extraverti ?

Introverti et extraverti

Une personne que l’on qualifie d'”extravertie” se nourrit, quant à elle, de la présence, de l’énergie et de l’attention de ceux qui l’entourent. Ses besoins sont davantage centrés sur les échanges affectifs et/ou intellectuels avec autrui. C’est en communiquant que l’extraverti(e) se ressource et entretient son énergie.

Être extraverti, c’est se “tourner vers l’extérieur”.

 

Une transformation des rapports sociaux

Introverti et extraverti

En quelques décennies, le secteur tertiaire a pris une place plus que dominante dans nos sociétés, particulièrement en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord, que ce soit par rapport au secteur de l’agriculture ou à celui de l’industrie. Désormais, les nouvelles technologies de l’information et de la communication (télécommunication, informatique, audiovisuel, multimédias, et internet plus que jamais), transforment la nature de nos rapports sociaux, même notre relation au temps.

Ces nouveaux modes de communication, largement devancés voire dominés par Internet, ont déplacé de la sphère réelle à la sphère digitale une partie de plus en plus conséquente du monde professionnel et personnel. L’omniprésence du marketing et la puissance grandissante des réseaux sociaux en sont les preuves.

Aujourd’hui, il faut savoir se vendre et “utiliser son réseau” : pour trouver un travail (plateformes de recherche d’emploi, comptes en ligne professionnel, réseaux sociaux professionnels : LinkedIn, Viadeo, Twitter), pour faire des rencontres amoureuses (applications de rencontre et réseaux sociaux : Instagram, Tinder), pour se faire des amis (réseaux sociaux : Facebook, Instagram, WhatsApp, Snapchat, MeetUp).

Comme le dit Gary Vaynerchuk, entrepreneur, investisseur et auteur américain, les réseaux sociaux sont devenus un véritable monde parallèle :

“De nos jours, si vous ne produisez pas de contenu sur les réseaux sociaux vous n’existez pas.”

 

La promotion fabriquée de l’extraversion

Introverti et extraverti

Le monde du digital, de la promotion et de l’hyper-connectivité encourage les profils extravertis. En effet,  ces derniers sont naturellement favorisés pour survivre dans ce type d’univers où les interactions sont nombreuses et intenses. De plus, ce même monde encourage inconsciemment les profils introvertis à se comporter comme leurs contemporains. Il faut “montrer” que l’on est cool, classe, charismatique, avenant, entouré, aimé, “liké”, “suivi” etc… pour se construire une place, une position, un statut. C’est le “culte de l’extraversion”.

Peu accoutumé(e) à ce bain infini d’informations et de codes, l’introverti(e) aura davantage tendance à se perdre et à épuiser rapidement son énergie et sa concentration. Qui plus est, peu d’individus sont totalement extravertis (des communicants passionnés, des “marketers” confirmés, des grands orateurs, des “community managers” aguerris) ; peu sont faits pour vivre dans un quotidien de réseaux sociaux.

Notons qu’en réalité, chaque individu a une part d’extraversion ET d’introversion, une dominance d’un profil ou de l’autre. Personne n’est introverti(e) OU extraverti(e). Combien d’individus ont apprécié se promener dans une forêt en silence ? Combien ont aimé taire pour un moment les voix parasites qui résonnent habituellement dans leur tête ? Parlons donc plutôt de “récessivité ou ascendance” introvertie/extravertie. De la même façon qu’une petite entité du “yin” réside au sein du yang, et vice-versa.

 

Le besoin naturel de l’introversion

Introverti et extraverti

Nous constaterons que l’introversion a donc difficilement sa place dans l’univers du digital. Néanmoins, il devient toujours possible d’en discuter et de sensibiliser sur ce contenu. Ainsi, n’oublions pas de prendre du recul sur les outils digitaux, de se recentrer sur soi, sur le réel.

Les exercices de respiration, de médiation, comme les pratiques sportives, nous permettent de nous recentrer sur nous-même ; et d’une certaine façon, ils nous éloignent de tout égocentrisme. Prendre du recul dans l’utilisation les réseaux sociaux, c’est aussi le faire au niveau de son image individuelle. C’est prendre du recul au niveau de son égo. Ce qui est, somme toute, une bonne chose.

 

Introverti et extraverti

En conclusion, tout est question d’équilibre et de conscience personnelle. Encouragez votre facette extravertie dans le monde extérieur, tout en écoutant et en consacrant du temps à celle introvertie. Apprenez à vous tourner vers l’extérieur ET l’intérieur. Soyez “ambiverti(e) !

Pour plus d’actualité et d’articles réfléchissant sur des questions philosophiques et de société, retrouvez notre rubrique Lifestyle ! Merci et à bientôt !

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :